Ces femmes qui ont tué le romantisme

Je suis féministe. Féministe pour l’égalité salariale des femmes, pour la répartition des tâches, etc.

Je suis romantique. Romantique pour que mon homme m’ouvre la porte, déneige la voiture, etc.

Quand j’entends des filles clamer leur indépendance, dire qu’elles sont capables toutes seules, je trouve ça super. En fait, je suis de celles-là, j’aime être autonome. Sortir mon marteau pour poser un cadre, pelleter mon entrée moi-même, mettre les bacs au chemin, etc. Je suis propriétaire célibataire, ce n’est pas comme si j’avais le choix! Et je suis fière de le faire toute seule.

Toutefois, là où le « bas blesse », c’est quand des filles refusent totalement de laisser un homme faire quelque chose pour elle en disant : « Je suis indépendante, laisse-moi faire, je sais comment et je suis capable » et en pensant : « Je suis une femme forte, je n’ai pas besoin d’un homme ».

C’est parfait que tu sois capable et que tu sois une femme forte.

Mais un homme n’est pas macho parce qu’il a envie de t’aider à poser ta tablette!
Qu’un homme ait envie de te faire plaisir en déneigeant ton balcon, ce n’est pas être macho non plus.

Qu’un homme ait envie de te faire à manger, ce n’est pas une victoire du féminisme.
Qu’un homme passe l’aspirateur ou fasse n’importe quelle tâche domestique, ce n’est pas une victoire du féminisme.

A quel moment un gars voulant plaire à une femme est-il devenu macho?
A quel moment une femme se faisant aider par un homme est-elle devenue anti-féministe?

J’aimerais bien qu’on m’explique.
Parce que moi, je suis romantique.
J’aime qu’un gars m’ouvre la porte.
J’aime qu’un gars sorte ses gros bras pour me rendre service.
J’aime qu’un gars me prête son manteau si j’ai froid.

Oui, je suis féministe. Je crois à l’égalité des sexes.

Je crois aussi que, physiologiquement parlant, nous serons toujours différents. Mon homme sera toujours plus fort que moi. Il sera toujours plus résistant au froid. Plus courageux. Et je me ferai toujours un plaisir de trouver sa présence réconfortante. Pas parce que je suis anti-féministe, mais parce que je suis romantique. Et que oui, j’aime l’image de l’homme fort qui protège…

[Source de l’image : Cut off par Hernan Piñera]

3 Comments

  • Alexandra dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi et je partage le même avis que toi. Par contre, je peux aussi répondre à ta question puisque j’étudies en histoire et que j’ai passé plusieurs heures à lire sur l’histoire du féminisme.

    En fait, ça remonte à loin, très loin: jusqu’au Moyen Âge! Là où les femmes étaient violentées par les soldats, maltraitées par leurs maris et accablées de travail. C’est au XIIe siècle que l’Église prôna la courtoisie, afin d’adoucir les moeurs des hommes (elle a d’ailleurs été rapportée d’Orient pas les croisades). Cette idée propagée par l’Église (qui avait un plein pouvoir sur le peuple) disait que les hommes devaient respecter la femme et l’aider dans ses travaux au champs, avec le bétail et à la maison parce qu’elles sont des êtres faibles, et non par générosité et encore moins par amour. C’est de la pitié que la courtoisie est née.

    C’est sûr qu’aujourd’hui ce n’est plus du tout la même chose! Mais l’Église ayant longtemps régné dans nos sociétés, l’idée s’est propagée malgré les années. Tu peux maintenant faire quelques liens avec certains discours que portent les féministes d’aujourd’hui et celles des années 40-50. Il en reste qu’aujourd’hui cette mentalité a évolué et je ne pense pas que les hommes nous ouvrent la porte ou décident de déblayer l’auto à notre place parce qu’ils nous voient comme des êtres faibles. Loin de là.

    Bref, j’espère que ça répond à ta question!
    xx

  • O_____O dit :

    Je me reconnais beaucoup dans tes mots 🙂 C’est évident que le surplus de féminisme a tué le romantisme. Le problème que j’ai constaté de mon côté, c’est que j’ai pris goût à faire tout (enfin, tout ce que je peux faire qui ne requiert pas de connaissances particulières), toute seule. Et ce n’est pas par souci de féminisme. C’est parce que je sais que ça sera bien fait (j’en ai eu marre de payer des $$$ pour du travail mal fait parce que le travailleur qui le faisait croyait que je ne m’en rendrais pas compte), mais aussi parce que ça me donne une assurance et une satisfaction énorme par rapport aux autres femmes. Je suis célibataire, je n’ai jamais habité avec un homme parce que le mec avec qui j’étais quand j’ai voulu acheter ma propriété préférait qu’on loue ensemble avant (moi j’avais le cash pour acheter à ce moment-là et honnêtement, j’ai tellement bien fait, lui habite encore en co-location), je voulais des enfants mais hélas, je viens d’avoir la nouvelle que je ne peux pas avoir d’aide de la clinique alors mon chien est mort. La seule chose que j’ai, c’est ma propriété, mon indépendance et mon savoir-faire, que mes amies qui se sont toujours fiées sur un homme n’ont pas. Et en plus, faire des rénos soi-même me garde en forme, et quand je me compare à elles, je n’ai rien à leur envier! Mais le hic dans tout ça c’est que ça crée un cercle vicieux…t’es célibataire, donc tu t’arranges…mais parce que tu t’arranges seule, les hommes croient que t’as pas besoin d’eux alors ils n’oseront jamais démontrer de l’intérêt…et si toi tu fais les premiers pas, ça les intimide…alors tu restes célibataire…catch 22. Mais j’ai toujours clamé haut et fort que c’est pas parce que je suis capable de m’arranger seule que je n’ai pas besoin d’homme dans ma vie…rien au monde me rendrait aussi heureuse…

  • Thibaud dit :

    À mourir de rire. Vous voulez l’égalité homme-femme en conservant les avantages de la galanterie.
    On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre

    ps: l’inégalité salariale est une légende urbaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *