Quand le destin s’en mêle

Il y a quelque temps, j’ai repris les « recherches » et j’ai réactivé Tinder sur mon téléphone. C’était la troisième tentative depuis environ 2 ans avec ce « bel » outil… les guillemets témoignent du sarcasme.

Première tentative : Vingt-cinq « matchs ». Zéro conversation. Fail #1

Deuxième tentative : Dix « matchs ». Dix conversations, et un cerveau mêlé à devoir relire les conversations avant de poser une question. Fail #2

Troisième tentative : Cinq « matchs ». Une seule conversation. La fameuse conversation a duré une bonne semaine, matin/midi/soir. Vint la fameuse rencontre et une très belle soirée. Il était drôle et un peu timide, mais ça faisait partie de son charme. Par la suite, nous sommes retournés chacun chez nous, prévoyant se retrouver le dimanche suivant pour aller marcher dans la forêt. « Cute ».

Samedi, souper avec une copine. Rien n’était prémédité, mais son copain soupait avec un ami (célibataire) de son côté. En discutant tous les deux, ils ont réalisé que le potentiel de « match » entre nous (l’ami célibataire et moi) était très élevé. Une liste de points en commun. Ils ont donc convenu qu’on se verrait plus tard, par hasard, pour un verre.

Mon plan initial? Inviter la date de vendredi pour un verre avec eux… Quand ma copine m’en a parlé, je me suis sentie cheap, mais j’ai cancellé la date. (Vilaine… mais… je suis libre?)

J’avoue, mon cerveau était un peu chamboulé. J’avais eu une belle rencontre vendredi. Mais je n’allais pas manquer une opportunité de nouvelle rencontre. Advienne que pourra, au pire, il ne sera pas du tout à mon goût et je poursuivrai mon bout de chemin, comme prévu.

Nous avons donc rejoint les deux amis dans un bar après nos soupers respectifs.

C’est là que le destin a décidé de s’en mêler. J’ai compris que ça ne servait à rien de pousser notre chance sur les sites de rencontres. Quand t’es mûre, ça arrive. Et c’est arrivé, un match parfait, simple, direct. Vous savez, cette belle rencontre où on voit quelqu’un avec une aura, rien de moins. Où on a l’impression que même ses défauts vont nous plaire.

C’est embryonnaire, mais c’est tellement exaltant comme sentiment. Même si ce n’est que temporaire, je n’ai pas vécu cet emballement souvent, alors je le savoure.

Et si c’était le mien… ?

[Source de l’image : love_heart_on_beach par Pedro Fernandes]

1 Comment

  • Stéphane Lacroix dit :

    C’est ça qui est dommage: que tu aies laissé tomber la « date » Tinder pour une autre. Je l’ai déjà vécu. Promesses non tenues. Demi-vérités. Fausses disponibilités.

    Le problème, c’est qu’il y a des vrais humains au bout du Web. La seule différence, c’est que cet homme ne t’a pas été présenté par un couple d’ami(e)s commun. À part ça, c’est pas mal la même chose.

    J’ai toujours eu un peu de mal avec les femmes qui laissent plusieurs options ouvertes après avoir rencontré une date issue des réseaux de rencontres. À titre personnel, je « gère » une date à la fois et je sais généralement en quelques rencontres (et quelques conversations téléphoniques) à qui j’ai affaire. Je ne jongle pas avec plusieurs femmes en même temps puisque je trouve que cela manque de tact. Puis si ça ne fonctionne pas, j’exprime clairement – et sans trainer – à la personne rencontrée que je ne désire pas aller plus loin.

    J’agis comme un gentleman, pas comme un chasseur.

    Je sais aussi que les rencontres sur les réseaux sont encore considérées (consciemment ou inconsciemment) comme « loosers » par beaucoup de monde. « Pourquoi ne sors-tu pas dans les bars? » me répète-t-on souvent.

    Eh bien je ne le fais pas parce que je ne vois aucun intérêt à perdre du temps dans un bar à la recherche d’une date improbable. Je préfère le confort de mon coquet appartement, le vue imprenable du douzième étage pendant que je jette un coup d’oeil aux profils des femmes sur Tinder, Badoo et autres réseaux de rencontres. Je préfère clavarder dans un premier temps, puis jaser au téléphone ensuite pour me faire une idée des valeurs, des besoins et des préoccupations de l’autre. Puis vient la rencontre en personne.

    Si j’accepte de rencontrer la personne, c’est qu’elle en vaut la peine. Je donne alors une vraie chance, à moins d’avoir affaire à quelqu’un qui n’est vraiment pas dans ma palette de goûts.

    Bef, les femmes que je rencontre sur Tinder ne sont pas des numéros. Elles méritent respects, égards et, surtout, une vraie chance de se faire valoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *