On devrait avoir deux coeurs

On devrait avoir deux cœurs.

Un pour aimer, l’autre pour pleurer. L’un assis sur un p’tit nid de paille tout douillet; l’autre barricadé d’une muraille, fabriqué à coups de j’veux pu jamais avoir mal.  Parce que l’amour, des fois, ça met des larmes même dans les veines. Et parce que des fois, l’amour ça te remplit le sang de bonheur pis de beau pis de j’feel tout croche en-dedans. Un beau tout croche. Le plus beau que t’auras vécu.  Un tout croche qui met du drette dans ta vie. Quelque chose qui fera que tu seras pu jamais la même personne. Tsé.

L’un qui prend des p’tites pilules pour aller mieux, l’autre qui boit pour oublier. L’un qui dit de plonger dans cette peur qui te fait même pleurer tellement que tu croyais pas que ça existait. Ça. Quelqu’un comme ça. Et l’autre qui te dira que la dernière fois t’as eu mal pendant longtemps. Que t’as juré de ne plus jamais être celui ou celle qui donnait tout, par amour. Il te dira que t’as juré que donner ton corps les soirs remplis de tout-seul fera moins mal que de donner ton cœur.

L’un qui te crie d’y aller, de plonger pis au pire de te péter la gueule dans quelque chose qui aura été vécu pour vrai de vrai, faque t’auras pas à te demander toute ta vie ça aurait été quoi si t’avais osé y croire. L’autre qui fera parler son meilleur ami; la tête. Y se mettront à deux pour te résonner aux deux minutes que t’es pas prêt, que t’as peur pis que c’est pas le temps. Pis ça va te tenter de les écouter.

On devrait avoir deux cœurs.

Parce que je pense vraiment qu’on n’a jamais trop d’amour à donner. Même si certains soirs, quand tu fais dodo tout seul, tu dis dans ton lit que la prochaine fois, tu te protégeras beaucoup plus.

Pis un jour quelqu’un amènera tellement de précieux à ta vie, que t’auras même pas assez de deux cœurs pour tout l’envelopper. J’te souhaite de vivre ça. Moi je l’ai vécu. J’te ferai pas croire que tout a été beau, que j’ai été parfait et que j’ai souri à toutes les secondes de mon existence pendant ce temps-là. Drette pas. La vie c’est pas ça de toutes façons.

Mais malgré les fois où j’ai pensé ne jamais arrêter de pleurer, quand de sourire était quasi une épreuve olympique dont j’avais jamais pratiqué le sport, malgré tout, je recommencerais. Parce que vivre la sensation d’avoir besoin de deux cœurs pour tout mettre l’amour que t’as en-dedans, c’est précieux. Indescriptible. J’sais même pas comment te le décrire parce que c’est pas clair que des mots peuvent arriver à expliquer ça.

Ça se dit pas, ça s’écrit pas. Ça se vit. Tout simplement.

Quand quelqu’un qu’on aime beaucoup nous quitte, on lui donne une partie de notre cœur. On lui donne une histoire, des anecdotes, des paroles, des moments, des chansons, des rires et aussi du pas l’fun. On lui donne une partie de notre vie. Ça fait un trou dans le cœur. Pis tu vas beaucoup pleurer.

Mais un jour tu vas t’apercevoir que ton trou est rempli. Cette personne que t’as tant aimée t’as aussi donné un p’tit bout de son cœur, qu’elle a collé dans ton trou. C’est la vie. T’as maintenant un bout d’elle à tout jamais en toi et t’oublieras jamais. Jamais.

[Source de l’image :  I Heart Balloons par Cyril Caton]

3 Comments

  • Mahika dit :

    Merci David pour ton texte. Ça m’a aidée, ça m’a réconfortée .Surtout qu’aujourd’hui, on aurait dit que les trous dans mon coeur (oui, j’ai plusieurs trous; je pense que j’ai un coeur suisse 😉 criaient plus fort que tout.C’en était assourdissant. J’ai eu beau essayer de les ignorer, sortir, voir des amis, quand je suis revenue chez moi, ils m’attendaient. Donc, on peut dire que ton texte, qui décrit si bien comment je me sens et que je trouve plein d’espoir, m’a fait le plus grand bien. Merci.

    • David Lemieux dit :

      Salut Mahika !

      Les trous dans ton coeur, bien que peut-être trop nombreux à ton goût, te sont utiles et ils te rattraperont de toute façon en les ignorant. Chacun d’eux forge ton histoire, la tienne, qui fera de toi une personne imparfaitement parfaite aux yeux d’un autre humain. Un jour !

      Merci pour ton commentaire. J’apprécie !!

  • Philippe dit :

    « Quand quelqu’un qu’on aime beaucoup nous quitte, on lui donne une partie de notre cœur. On lui donne une histoire, des anecdotes, des paroles, des moments, des chansons, des rires et aussi du pas l’fun. On lui donne une partie de notre vie. Ça fait un trou dans le cœur. Pis tu vas beaucoup pleurer. »

    Woowww !!! On aurait dit de la poésie tellement ce qui est dit dans ce bout de phrase est vrai. Je me rappelle encore comme si c’était hier ( bien que ça va faire bientôt 2 ans et que j’ai fini par faire mon deuil) à quel point je pensais et ressentais la même chose lors de ma séparation. Toute cette tristesse que je ressentais quand je n’arrivais pas à croire que la dernière page de notre histoire était écrite et que le livre de notre amour se fermerait à jamais. Tous ces beaux souvenirs, ces moments tendres et affectueux , ces fou-rires, ces taquineries, ces folies à deux, ces moments plus difficiles vécu ensemble et qui nous a fait grandir… Tout ça qui s’évaporerai en fermant ce livre écrit à deux.

    C’est dur, très dur quand on pense à tout ça… Mais c’est un vrai qu’un jour, le vide ressenti par le trou qu’on a finit par se refermer, se cicatriser et… On découvre après un certain temps qu’on peut encore aimer et qu’on pourrait de nouveau écrire un premier chapitre d’une nouvelle odysée à deux. Un moment que j’attends encore…cet envie d’écrire les premiers mots, les premières phrases du premier chapitre…ce premier chapitre qui est souvent le plus beau, le plus puissant…le plus exquis 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *