Je ne date plus… pour l’instant.

J’prends un break. Pour combien de temps, je ne le sais pas trop. Mes breaks ne durent jamais trop longtemps, mais l’intention est toujours là! J’vais prendre une pause du dating.

Je prends un break des rencontres dans les bars, de mon numéro de téléphone donné trop facilement au cas où ce serait LUI. La fin des rencontres interposées entre amis communs. Des sites de rencontres où tout est toujours pareil. Et de mon profil Facebook qui se fait éplucher par des inconnus, tout à coup qu’il serait mon réciproque.

J’ai perdu plusieurs années et plusieurs heures à texter des inconnus dans l’espoir qu’ils soient assez originaux pour conserver mon intérêt. Qu’ils me donnent envie de transposer les textos en conversations face à face. Plusieurs heures perdues à être en face d’un gars qui n’avait rien à voir avec l’impression qu’il m’avait laissée à l’écrit. Des heures à essayer de combler les silences pendant qu’on sirote un verre qui est beaucoup trop long à finir. J’ai perdu espoir en la personne qui se retrouve en face de moi.

On dit qu’on trouve lorsqu’on arrête de chercher. C’est une des phrases les plus idiotes que j’ai entendue. Un des concepts les plus ridicules qu’on peut me répéter.  Si on est rendu à l’étape de vouloir être en couple dans notre vie, on ne peut pas espérer que ça arrive en restant assis sur son sofa?! On doit quand même forcer un peu les choses. 

Mais là, après plusieurs années non fructueuses, je n’ai plus envie de rien forcer. Je n’ai plus envie de me répéter. De raconter pour une millième fois ma vie, mon adolescence, ce que je fais dans la vie. De devoir expliquer pourquoi j’ai autant d’amis gars et de gérer les jaloux. Je n’ai pas envie de devoir lui avouer que finalement ça ne clique pas et qu’il n’y aura pas de suite. Je n’ai même plus envie de regarder. Fous-moi la paix, parce que je suis pas mal certaine que tu ne voudras que mon cul sans prendre mon cœur et ça, c’est non.

Le pire dans tout ça, c’est quand quelqu’un me demande s’il y a eu des développements avec le gars que j’ai rencontré. Mon premier réflexe est toujours de demander : « lequel!? ». Ridicule, je sais, mais ça résume bien mes dernières années. Certains sont restés le temps de quelques dates, d’autres n’ont même pas eu droit au baiser de fin de soirée qu’ils espéraient.

Ce qui est drôle, c’est qu’il y a tellement eu de dates, que je dois leur donner des surnoms pour que mes amis s’y retrouvent. « Le Facteur, Le Voyageur, Le Rebound, Toyota, Le Concierge, Tattoo, Le Gentil, Grincheux, Le Freak,  L’Italien… » C’est plus facile de se retrouver dans mes histoires de cette façon. C’est pathétique, mais en même temps, je dois bien en rire.  

Je crois que je suis rendue blasée. Que même si je rencontrais un gars avec qui ça clique, je ne m’en rendrais même pas compte. J’ai tellement embrassé de crapauds, que si arrivait le bon, j’aurais encore l’impression d’embrasser pour rien. Le p’tit feeling que t’as dans le bas du ventre quand t’embrasses quelqu’un qui te fait de l’effet, je ne l’ai plus. Il est disparu en même temps que mes espoirs de trouver mon réciproque parmi ces dates.

Peut-être que ma petite pause va me redonner espoir et surtout va me permettre de recommencer à voir et à apprécier les bons gars pour ce qu’ils sont vraiment. Parce qu’en ce moment, chaque bon gars est un crapaud que je n’ai pas envie d’embrasser, au cas où il ne se passerait rien.

Plusieurs personnes ne comprennent pas ce désir d’être en couple. J’ai les amis, la famille, j’ai de l’amour de partout! Mais ça ne comble pas tous les besoins d’amour après quelques années.

Alors, à partir d’aujourd’hui, je n’ai plus envie de parler de mon célibat. Plus envie qu’on me pose des questions sur le pourquoi je suis encore seule. L’envie de dater et d’entrevoir une possibilité m’a quittée. J’ai envie de prendre un break du célibat et en même temps, je vais vous demander de ne plus m’en parler.

Je ne suis ni célibataire, ni en couple. Je suis moi, avec moi. C’est tout.

 

[Source de l’illustration : Yan Theriault]

5 Comments

  • Vincent dit :

    Ouin. C’est triste ton texte. Au moins, tu n’es pas en relation pour faire semblant ou faire comme tout le monde.

    Mais ça reste triste pareil.

    Mon premier réflexe était de donner des conseils, mais j’imagine que ça fait 1000 que tu entends..

    Take care

    Vincent

  • Holly dit :

    Aaaah que ce texte-là me parle! C’est exatement ce que je vis…. depuis maintenant 4 ans. And you know what?! Ça me permet tous les jours d’apprendre à mieux me connaître, me respecter et de prendre soin de moi. C’est pas toujours facile, mais je fais de mon mieux parce que les remords, c’est pas pour moi. J’aimerais ça être deux, mais apparemment ce n’est pas ce que la vie a prévue pour moi dans son grand livre de la vie, entk pas en ce moment alors je me laisse porter par ce qui m’habite et ce que la vie me présente de nouveau chaque jour. J’apprends à vivre au jour le jour, enfin! Ça ne veut pas dire que je n’ai pas quelques projets ici et là, mais ça m’apprend à apprécier chaque moment présent et d’être bien avec le fait que ça se peut qu’il ne se passe pas grand chose non plus par moment. Et oui, je préfère tellement, mais tellement, être seule que mal accompagnée (been there, done that!). C’est cliché mais vrai. Ce que je cherche aujourd’hui, c’est tout simplement d’assurer mon bonheur et ma sérénité et de profiter des opportunités qui se présentent à moi. Bonne continuité à toi!

  • Eve dit :

    Omg je comprends tellement!!! Moi aussi je suis en break, pas de nouveau dans les amours mais j’ai moins de déceptions et je n’ai plus ce moment lors d’une date ou je me dit  » ouin au lieu d’être ici j’aurais tellement fait autres chose à la place. » Parfois ca fait du bien de prendre du recul, puis après, on recommence 😉

  • Maria Élyse dit :

    J’ai faite la même réalisation il y as de ca proche 20 ans, que je vais célébrer avec moi que j’aime plus que tout au monde le 22 mai 2018…. J’attend plus rien de personne et c’est le meilleur. Maintenant à la retraite je me permet des sorties pour moi seule et je fait ce que j’aime. Faut savoir profiter de son temps, je te souhaite de l’Amour avec un grand A. et n’oublie pas que tu vas le sentir ton futur partenaire t’en fais pas :D……..xxx

  • annie morin dit :

    tres bon texte! j’ai beaucoup de misère avec la notion d’un amour avec un grand A.
    À 45 ans j’ai peur de ne connaitre jamais le grand amour. Peut-être dans une autre vie 0))
    Il y a 2 ans, j’ai rencontré un voisin et puis j’ai réalisé qu’il a profité de moi au maximum. J’ai peur des hommes.
    bonne fin de journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *