Le plus beau cadeau que je ferai à mes enfants

Des enfants, ça vient avec beaucoup de sacrifices et de compromis. Ce sont de petits êtres, désirés ou non, qui ne demandent qu’à recevoir toute l’attention et tout l’amour de leurs parents. Rien de moins. Ils occuperont tout votre temps, toutes vos pensées. Ils deviendront le centre de votre univers. Outre le fait de leur transmettre une éducation, des valeurs qui vous sont chères et une vision de la vie des plus positives, vous voulez offrir à vos enfants une vie heureuse, en santé et remplie d’amour. Vous souhaitez qu’ils ne manquent de rien et qu’ils grandissent épanouis.

Je suis en parfait accord avec ces propos, cela va de soi. Seulement, certains se consacrent à leurs enfants au détriment du reste. Ils en font une obsession. Leurs enfants par ci, leurs enfants par là. Disons-le, c’est lourd. Bon, attendez, je m’explique avant de recevoir de violents soupirs d’indignation dans l’toupet.

Des enfants, c’est merveilleux. Quand ton amoureux et toi, emmitouflés sous les couvertures et excités comme des gamins, êtes prêts à poser les yeux sur le bâton qui décidera de votre futur, c’est plus que merveilleux. Et, quand vous apercevez ce petit « + » apparaître, c’est une décharge d’émotions dans tous les sens. Vous devenez complètement hystériques. Vous versez même quelques larmes tellement c’est fort. Vous vous regardez droit dans vos yeux mouillés de bonheur et vous partagez encore une fois votre amour l’un pour l’autre. Puis, vous vous allongez côte à côte, perplexes. Vous réfléchissez alors à voix haute de ce que votre avenir vous réserve. Vous vous posez des milliers de questions sans réponse. Vous essayez de réaliser la réalité pour le restant de la nuit.

Puis, les mois passent. Vous vous familiarisez avec la venue de ce petit être dans vos vies. Vous réorganisez tranquillement votre nid d’amour pour accueillir un mini-vous. Vous vous surprenez même à observer les familles voisines, comme pour établir, en quelque sorte, vos futurs principes. Et, c’est là que j’ai décidé de ce que j’offrirai à mes enfants. Oui, bien sûr, je leur donnerai un encadrement sain, de belles valeurs, de l’amour, de l’attention et tout le tralala qui va de soi, mais je refuse de m’oublier. De NOUS oublier. Avant ce grand bouleversement, nous étions un couple. Des amoureux. Notre « nous » était le centre de l’univers. Je refuse de fermer les yeux sur ma relation pour me consacrer qu’à mes enfants. Je refuse d’oublier que ces enfants proviennent de notre passion. De nous.

Alors, pour mes enfants, je continuerai à dater leur père, les samedis soirs. J’abuserai peut-être des services de papi, de mamie, de (ma)tante ou de (mon)oncle, mais je tiens encore à sortir avec l’homme que j’aime. Vaquer, de temps à autre, à nos loisirs, à ce que nous faisions avant l’arrivée de ces petits mousses. Oh, bien sûr, j’aurai probablement droit aux jugements des autres parents. Je serai peut-être même, pour certains, une mère indigne ou irresponsable. Mais, je m’en fous. Je m’en fous, car voir mes enfants grandir dans une maisonnée où il y aura toujours de l’amour me fera dire : « Mission accomplie ».

Dans un autre ordre d’idées, je doute bien que j’aurai aussi droit à des « arkkkkk Maman, dégueuuuuu ! », quand je volerai, au passage, un baiser à leur père ou bien, plus tard, des « Come on, louez-vous une chambre » étouffés, quand, en train de préparer le souper, je serai enlacée amoureusement par mon homme. Cependant, je sais qu’ils me remercieront plus tard d’avoir eu la chance de grandir dans une famille unie et aimante, où l’amour entre deux personnes n’était pas chose tabou. Avoir des parents amoureux chaque jour, même après des années de vie commune, est quelque chose que je n’ai pas connu et que je souhaite de tout cœur faire connaître à mes enfants. C’est pourquoi, aujourd’hui, je fais la promesse d’offrir le plus beau des cadeaux à mes enfants. Non, ce ne sera pas la dernière console de jeux vidéo en vogue ni une fin de semaine arrosée au Village Vacances Valcartier. Non. Le plus beau cadeau que je ferai à mes enfants, c’est de continuer à aimer leur père.

[Source de l’image: Young couple par Unsplash]

4 Comments

  • Alain dit :

    J’adère à cette pratique pratiqué par mon mentor. Faire de sont conjoint la priorité numéro un ne fait que des enfants heureux de voir leurs parents amoureux et n’affecte pas leurs développements émotionnel. Trop de gent aujourdhui n’offrent pas l’amour inconditionnel à leurs conjoint comme ils le feraient avec leurs enfants.

  • Fleurlys dit :

    Je veux bien croire que l’amour existe encore et j’aime bien ta vision Catherine. Toutefois, il y a des limites. Je trouve qu’on doit apprendre à balancer l’amour porté à ses enfants et à son conjoint.

    En fait, c’est d’établir ses priorités…

    J’imagine que si notre enfant ne va pas bien, il se peut qu’une sortie soit annulée avec son conjoint. On ne le fera pas garder, on aura le temps de se reprendre.

    • Catherine P. dit :

      Je suis tout à fait d’accord avec vous, Fleurlys! Bien sûr, ce billet amène à réflexion en pointant un point bien précis, mais il est aussi rempli d’ellipses sur lesquelles je n’ai pas pris soin de m’arrêter, faute d’avoir un texte trop long. Bien sûr, la clé est d’apprendre à créer le parfait équilibre entre la famille, la relation amoureuse et celle avec les enfants. Et, bien entendu, une logique toute naturelle s’installe quant aux choix des priorités. Merci pour votre commentaire! 🙂

Répondre à Catherine P. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *