Mieux vaut être seul à Noël que mal accompagné

Un classique. On aime se raconter des histoires pour se remonter le moral. On aime ressortir de vieilles expressions pour se rassurer et se dire que notre situation n’est pas si mal que ça. Être célibataire à Noël, ce n’est pas la fin du monde. C’est vrai. Mais c’est la période de l’année où tout le monde le remarque! Fois mille. Comme si c’était écrit JE SUIS CÉLIBATAIRE en gros néon. Sur notre front. Et qui flashe.

On se met une pression de fou pour être en couple. Nous voudrions tous être accompagnés de la personne de nos rêves à notre party de famille. On voudrait tous présenter enfin celui ou celle qui aura gagné notre coeur.

Être célibataire à Noël, ce n’est pas probablement pas la situation souhaitée. Mais, il y a pire. Vraiment pire comme situation amoureuse.

Fêter Noël avec quelqu’un que tu n’aimes plus.

Fêter Noël dans la famille de ton chum et te poser de sérieuses questions sur ta relation pendant le souper de Noël. Réaliser que ta relation ne te convient plus du tout. Que tu n’es plus heureuse. Que tu voudrais être ailleurs. Que tu voudrais être à nouveau célibataire.

Réaliser tout ça un 25 décembre au soir. Prendre la décision ultime. Le soir même. Parce que ça ne peut plus continuer.

On souhaiterait toujours que les choses tournent autrement. On voudrait que les histoires d’amour durent pour toujours. On se ferme souvent les yeux sur notre situation et très longtemps. On ne veut pas le voir. On ne veut surtout pas le croire.

Soir de Noël. Prise de conscience. L’heure est au bilan. La vérité fait surface entre les chants de Noël et les cadeaux. Pendant que les petits cousins courent partout et que mononcle raconte ses jokes plates. Après la tourtière et le ragoût. Devant le feu de foyer. Y’a toi. Et ton petit coeur. Tu décides de l’écouter. Enfin. Quelque chose cloche. Ça ne marche juste plus. Cette relation n’a plus d’issu. C’est fini.

Le temps des fêtes apporte toujours son lot de réjouissance. Bonne bouffe. Bons vins. Beaucoup (trop) de soupers. De bûches de Noël. De rigodon. De cafés Bailey’s. De la visite. De la raquette. Alouette.

Le plus beau temps de l’année? Pour certains oui. Pour d’autres, cela peut être le plus triste. Avoir un emploi qui nous donne envie de ne plus jamais revenir de vacances. Un porte-feuille vide. Une famille brisée. Une santé fragile. À Noël, c’est comme si tous les aspects négatifs de notre vie remontaient encore plus à la surface… en étant amplifiés. Exposant mille.

Comment affronter tout ça?

Il faut d’abord être en accord avec ses choix. Accepter notre situation, peu importe ce qu’elle est. Parfois, il y a des impondérables qui font en sorte que nous n’avons pas le contrôle sur plusieurs facettes de notre vie, mais il y aura toujours la façon dont nous pouvons les aborder. Toujours. Nous avons toujours le choix de réagir positivement ou négativement. De voir le bon côté des choses. Facile à dire? Peut-être, mais c’est déjà un bon début, non?

Cette année, je souhaite que vous preniez une pause. Que vous preniez le temps d’évaluer votre vie. De vous remettre en question. De vous permettre d’y réfléchir. D’accepter ce qui en ressort. Et surtout, de poser des actions pour choisir enfin de vivre une vie qui vous conviendra.

Bonne réflexion et une merveilleuse année!

[Source de l’image : Romantic candle-lit evening par Paul Jerry]

3 Comments

  • marietro dit :

    C’est exactement ce que j’avais besoin de lire aujourd’hui. Merci

  • Stéfanie dit :

    Ça m’était arrivé un 23 décembre et je l’avais quitté, malgré les « attends après Noël, tu ne peux pas faire ça maintenant » et les « c’est horrible ce que tu fais à cette date de l’année! « . Mais franchement, que ce soit Noël ou le 3 janvier, c’est horrible briser le coeur de quelqu’un. Ça aurait été tout aussi horrible pour lui de savoir que j’avais attendu l’après fête un peu par pitié de ne pas lui faire de peine pendant cette période. J’avais trop de respect pour lui pour faire semblant devant toute sa famille. Ce fût un horrible temps des fêtes surement pour tous, mais être honnête envers moi-même et les autres, c’est un beau cadeau que je m’étais fait. Quand la tempête est passée, on va mieux, beaucoup mieux.

  • admin dit :

    Oui, heureusement le calme, après la tempête, finit toujours par arriver… Un moment dur à passer, mais oh! combien essentiel. Il faut écouter notre petit coeur et en prendre soin.

    Joyeuses fêtes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *