J’ai presque 30 ans et je suis TOUJOURS célibataire! Que faire?

Chère Aurélie,

D’abord, je tiens à te dire que c’est super ton blog. Je trouve tes billets super intéressants et toujours avec une pointe humoristique, je crois que c’est la clé pour parler des relations compte tenu le monde dans lequel on vit.  Je prends une chance, c’est la première fois que j’écris à un « courrier du coeur ».

Je me présente d’abord, je suis une professionnelle dans la fin vingtaine. Je crois être une fille intelligente, drôle, sympathique et de belle apparence. J’ai un emploi super stimulant que j’aime beaucoup et pour lequel j’ai fait de longues études,  une vie sociale remplie, mais pas trop, j’ai appris à vivre seule et à l’apprécier. Je ne suis pas une grande sorteuse, je fuis les bars et les endroits trop plein de célibataires en chasse. J’ai trop souvent rencontré des types à problèmes dans ce genre d’endroit, alors je m’en méfie.

Je suis une fille ordonnée, à mes affaires, et oui, je suis rendue à une étape dans ma vie où j’aimerais avoir une relation sérieuse. Toutes mes copines (évidemment majoritairement en couple) ne comprennent pas que je ne trouve pas, car à leur avis, je suis une femme à marier. Même leurs chums embarquent dans ces commentaires. J’adore cuisiner, je tiens mon chez moi propre, il y a en masse de place pour faire entrer quelqu’un et j’ai du temps en masse! À chaque fois j’en ris, car, moi-même, je me demande vraiment ce qui cloche, j’ai l’impression que je pourrais tellement apporter à quelqu’un, j’ai tant à donner. Est-ce une erreur de voir ça comme ça?

Malgré tout ça, je vais te faire une confidence, je n’ai toujours pas présenté de garçon à ma mère. Je veux dire par là que je n’ai jamais jugé nécessaire que ma mère, que j’estime beaucoup, connaisse une de mes fréquentations, car ça n’en valait jamais la peine. Ou parce que ce n’était pas du tout dans les plans du garçon que je fréquentais.

Par la bande, je te confie donc n’avoir jamais eu de relation stable, que des amourettes de quelques mois. Souvent, je suis la fille au grand cœur qui conseille des garçons perdus, en situation difficile émotionnellement, qui viennent de se séparer ou qui sont en couple, mais en période difficile. J’ai une grande écoute et j’aime beaucoup aider les gens et les amener à être heureux. Peut-être trop gentille?

Mais le jour où la paix revient, je ne suis plus utile, alors on me jette. Le jour où la blonde se doute de quelque chose, on me jette. Ou parfois je me tanne de jouer les seconds violons et de croire des mensonges… (le genre de mensonge qu’un garçon raconte pour conserver un « plan sexe » pratique). Ou parfois il réalise qu’il a besoin d’être seul un moment, pour se retrouver, alors bye bye Mme au grand cœur, et merci.

Je suis consciente qu’il y a un « pattern » dans lequel je suis prise, difficile de dire le contraire quand ça fait 3 ans que les relations se ressemblent, et finissent toujours de la même façon.

J’ai mis un X sur toute relation impliquant des sentiments. En trois ans, j’ai avoir vécu mon lot de déceptions et j’ai besoin de prendre du recul pour réfléchir et me guérir. J’ai essayé plusieurs méthodes pour rencontrer, les sites de rencontres (plus grand flop!), des rencontres d’ami(e)s…

Actuellement j’ai un « ami moderne » qui comble des soirées plates, quand ça lui adonne, mais ça reste seulement un peu d’affection et de sexe. Ça dure depuis 3-4 mois. Des jours ça me va, des jours je voudrais plus, des jours je ne sais plus où j’en suis, où je me demande si c’est fait pour moi ce genre de relation dénuée de tout sentiment. Quand je pense trop, je me demande comment on peut avoir du sexe et de l’affection, avec quelqu’un pour qui on n’a aucun sentiment? Oui baiser ce n’est pas faire l’amour, mais les caresses, les baisers…  Ça prend un minimum? Quand ça m’arrive, je mets la « switch à off », je chasse ces pensées et je continue. Des jours je doute sur mes intentions dans cette relation, d’autres je suis parfaitement bien et je veux continuer.

J’approche la trentaine, je veux des enfants, une maison vivante, des dimanches matins d’amoureux, me chicaner pour le programme de la télévision, me faire demander ce qu’on mange pour souper…  Les filles en couple qui m’entendent grincent des dents quand je dis ça! Je sais très bien que cet ami moderne n’a absolument pas ça en tête. Mais, je ne veux pas perdre cette présence, je vais y chercher quelque chose, une personne qui déguste ma cuisine, de la compagnie qui me fait subir des matchs de foot, un partenaire de dimanche soir…

Je suis fort consciente qu’il n’y a pas de solution miracle, mais je suis curieuse d’avoir ton avis et tes conseils. J’espère que tu ne te perdras pas dans mon récit, il me semble en avoir dit pas mal. Et si tu veux des précisions, ne te gêne pas.

Merci !

Une célibataire un peu perdue!

________________________________

Chère chasseuse,

Rassure-toi, je ne te sens pas perdue du tout. Au contraire. Je te sens simplement en plein contrôle de ce que tu veux vraiment. Tu le sais ce que tu veux. Et tu es vraiment en train de le trouver (bon, sauf pour l’ami moderne qui doit un peu te ralentir! hihi! On y reviendra…)

J’ai le sentiment que la situation dans laquelle tu es actuellement est vraiment commune à notre époque. Malheureusement ou heureusement. On a tellement plus de choix et plus de chances de se tromper. Ça devient pratiquement un blocage lorsque l’on veut être en couple. La barre est haute. Nous avons de plus en plus de grandes attentes envers les hommes. Surtout à l’approche de la trentaine. Ah, la trentaine nous stresse. On veut avoir le condo, le chum, la carrière et un bébé en route. Et comme ça, on va avoir l’impression d’avoir réussi sa vie.

À l’aube de la trentaine, on sait ce que l’on veut. Et ce que l’on ne veut pas. On fait notre vie. On est bien. On peut vivre sans homme et… être heureuse quand même!

Ça fait peur aux hommes ça. Où est leur place dans notre vie? Que peuvent-ils nous apporter? Hum…

Je tiens à te dire que tu n’es pas la seule fille à vivre cette histoire. Vraiment pas. (Ça peut être rassurant de se le rappeler surtout quand tu vois juste des couples dans ton entourage!)

Première chose: Ce n’est pas une erreur de croire en l’amour et d’avoir l’espoir de le trouver. C’est justement la bonne attitude à avoir! Il ne faut jamais arrêter d’espérer même si parfois, ça peut devenir désespérant… J’ai l’impression que tu es rendue à un stade où le prochain gars « sera le bon ». Je m’explique. L’affaire qui se passe lorsque ça fait longtemps que l’on a pas été en couple, c’est que le temps avance et il vient un temps qu’on a plus envie de se tromper ou de sortir avec « n’importe qui ». Curieusement, on devient un plus insécure à l’idée de présenter le nouveau chum à ses parents. Et ses amis. On dirait qu’on met la barre haute sans vraiment le vouloir. Le fait de n’avoir jamais présenté de chum à ta mère fait en sorte que le prochain devra être « le bon ». À quoi bon lui présenter quelqu’un dont on est pas trop certaine? Et c’est ça qui met une grosse pression. Tu mets une pression sur toi et sur le futur chum que tu ne connais pas encore! Est-ce qu’il y a quelque chose qui te stresse en lien avec ça? La fameuse présentation du chum? On a souvent tendance à banaliser l’opinion de nos parents, mais tout ce que nos parents nous disent s’enregistre dans notre tête. Qu’on le veuille ou non. Je serais curieuse de voir ce que tu as à dire là-dessus…

Deuxième chose. Les maudits patterns. On s’en sort vraiment pas avec ça! Pourquoi ils reviennent toujours dans nos vies?!! C’est parce que justement il y a quelque chose de ne pas régler. Ou de ne pas accompli. Ton pattern à toi c’est que tu te transformes en Mère Térésa avec les hommes, au lieu d’être une potentielle blonde. On a tous un fond de mère Térésa en nous. Ben oui, je ne sais pas pourquoi, nous autres, les femmes, on a un désir de comprendre l’homme, de l’appuyer et même de le changer… On voudrait le sauver. Il s’est sûrement passé quelque chose avec nos ancêtres pour faire en sorte qu’on doive changer et sauver l’Homme. Bref. On ne changera pas l’histoire de nos ancêtres, mais toi tu peux changer le cours de ta vie. Être une confidente, c’est vraiment une qualité en soi. C’est hyper important et même un atout que tu dois conserver. Par contre, il faut faire une nuance entre être une confidente ou bien être quelqu’un que l’on utilise. Tu ne dois pas te laisser faire. Être utilisée et jetée de la sorte. Pas question. Alors, être une confidente, c’est bien, mais si tu es en mode « Je vais t’écouter et te sauver», ça ne fera pas un couple fort, fort. Un gars veut avoir une confidente. Mais il veut aussi une complice. Une amie. Une amante. Et tu peux être tout ça à la fois.

Troisième chose. (Parce qu’il y a beaucoup de choses à considérer!) Mettre un X sur toutes relations comportant des sentiments… est-ce que ça marche vraiment? As-tu réussi? Pouvons-nous être capables de n’avoir aucun sentiment à 100%? Comment peux-tu faire ça? Toi la fille qui a justement un SI grand cœur! Celle qui veut avoir une maison remplie de vie et qui veut connaître l’amour!

Je me demande c’est fait pour qui ce genre de relation. On dirait qu’on a tous besoin de vivre ça un jour ou l’autre. Une relation sans engagement, sans sentiment. Mais c’est souvent plus troublant qu’on pourrait le penser. Ça te force toujours à réfléchir à ce que tu veux vraiment. Parce qu’on s’entend que c’est toujours une situation temporaire jusqu’à ce que l’un des deux décide d’arrêter, car soit il est tanné ou il est attaché. Bien souvent ça se termine en rupture. Et en peine d’amour. Pis tu n’as jamais été avec la personne! C’est plus engageant qu’on pense. On ne peut pas s’empêcher de se poser des questions et se dire : « Mais ça pourrais-tu aller plus loin? »,  « Mettons qu’on sort ensemble, ça serait quoi? » Ouf. Ouf. Ouf.

On réalise assez vite que ce n’est pas tant le besoin de sexe qui nous pousse à avoir des amis modernes, mais le besoin d’affection. C’est juste ça. Tout le monde a besoin d’affection et c’est pour ça qu’on continue. Le fait d’avoir un ami moderne, ça comble en partie ce manque. Ça le comble un temps. Le temps d’une soirée. Et le lendemain, le vide est encore plus grand. On se fait souvent du mal plus que l’on pense. Et on a encore plus de questionnements. Bref, c’est de la grosse merde.

Alors, que fait-on? On arrête de voir l’ami moderne? Peut-être bien. C’est certain qu’avoir un ami moderne t’empêche de rencontrer un vrai potentiel. Même si tu dois affirmer le contraire, que tu regardes quand même les autres hommes et que tu es libre comme l’air! Pouet. Pouet. C’est tout faux ça! 🙂  Qui est-ce que tu vois quand tu es seule? Qui est-ce que tu textes quand tu en as besoin? C’est l’Ami moderne. Et tu le vois juste quand ça LUI adonne. Évidemment. Bon, il y a toujours des exceptions, mais c’est souvent quand ta tête est libre que tu es propice à rencontrer. Et pour te rassurer, oui, ça prend un minimum pour se laisser aller. Mettre sa « switch à off » est clairement la preuve que cette relation-là ne te convient aucunement.

Aussi, n’oublie pas de mettre tes cartes sur table dès la première rencontre. Il faut le dire que tu veux être en couple, que tu cherches une relation sérieuse. Si actuellement, tu fréquentes un ami moderne, c’est que tu n’as pas été claire dès le départ. Tu as sûrement joué la game de la fille cool-qui-a-envie-de-s’amuser-alors-je-ne-poserai-pas-de-questions-sur-l’avenir-car-je-ne-veux-pas-faire-fuir-le-mec.

Si tu le dis, au commencement : « Moi ce que je recherche, c’est une relation sérieuse. », alors le gars il va être fixé. Il va peut-être fuir. Ben qu’il parte! Tu n’auras pas perdu ton temps et tu n’auras pas besoin de te poser 1650 questions pendant les premiers mois de votre fréquentation.

Il ne faut surtout pas que tu arrêtes de croire en l’amour. Il faut aussi que tu continues de le visualiser. Tu fais déjà de la super projection! Ça va arriver. Souvent, on ne regarde pas à la bonne place non plus. C’est assez troublant de voir à quel point quand on veut vraiment quelque chose, il arrive. Mais il arrive au bon moment. Au moment où tu es vraiment prête. Souvent, on se pense prête et finalement on réalise que l’on ne l’était pas. Tu sais, on a tous peur d’être seuls. L’être humain est fait pour vivre à deux que l’on dit. Souvent, la pensée d’avoir quelqu’un à texter, à voir quand on se sent seule, nous aide. Ça comble un vide en attendant de « trouver le bon ». Mais faire le vide est bon aussi.

Mais tu sais, tu es tellement dans la bonne voie. J’ai vraiment le sentiment que tu vas trouver un homme bientôt. Il faut juste être patiente. Il faut laisser le temps aux choses de se placer. Il ne faut pas se décourager et il ne faut jamais arrêter d’avoir de l’espoir. La vie est drôlement faite parfois. On voit des gens en couple autour de nous et on se dit : « Mais pourquoi ils sont en couple? » Mais entre toi et moi, c’est bien mieux être seule que mal accompagnée comme on dit! Et c’est bien de ne pas choisir n’importe quel chum pour t’accompagner dans la vie. Crois-moi, c’est mieux d’attendre un peu. Qui sait bientôt peut-être que l’amour sonnera à ta porte! Et vérifie bien la porte arrière…car on ne sait jamais par où il arrive!

Il faut aussi que tu laisses le temps à ton futur chum de te trouver!

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *