La fois où Tinder m’a eue

Un soir, je crois que c’était un jeudi, ben relax dans mon lit, j’ai décidé d’ouvrir un compte Tinder en trouvant cela ben drôle pis en me disant que c’était juste pour le fun. J’ai fouillé dans mon cellulaire, parmi les centaines de photos de mon chien, j’en ai trouvé quelques-unes de moi et j’ai choisi celles que je voulais mettre sur mon profil. 30 secondes plus tard, mon compte était créé, et je pouvais zieuter un nombre infini de garçons. Avec la panoplie de profils types et le fait que plusieurs styles reviennent fréquemment, j’ai commencé à poser quelques critères pour décider si je swipais à gauche ou à droite. Je me permets de dire ce qui suit, car je ne suis plus sur Tinder, mais à tous ceux avec qui j’ai eu un match, sachez que vous êtes passés au peigne fin. Avec un brin de dérision, voici ce que j’ai pu penser en étant à la recherche de descriptions originales.

Bon, y a pas de grande surprise à ce sujet, mais le principal critère sur Tinder c’est ta face. C’est ce que je vois en premier. Avant même tes blagues les plus recherchées dans ta description (on va y revenir à ladite description), c’est ta face qui apparaît. Donc, c’est sûr que si ta photo est floue, ça part mal. Sincèrement, je ne vais même pas m’attarder à aller plus loin. Si vous êtes deux sur la photo, ça aussi c’est louche. Parce que vite de même, je ne sais pas tu es lequel. Pis moi, j’ai pas envie d’avoir de mauvaises surprises donc je ne prends pas de chance et je swipe à gauche.
Y’a aussi le nombre de photos qui importe. Tsé. Si tu mets juste une photo, ça ne permet pas d’avoir une image d’ensemble de toi. Pis si tu souris pas j’vais penser que t’es jamais content. Pis finalement, pour ce qui concerne la photo. Sérieusement. Reste habillé. Ton chest tu me le montreras si ça adonne.

Après ça, moi, je portais une grande attention à la description. S’il y en avait pas pis que j’ai swipé à droite, ben ta face a probablement compensé. Sinon, y en a qui entrent dans la catégorie « je mets des émoticônes partout ». Bon, OK. Ça évite de faire des fautes, parce que ça, s’il y en a, c’est non. Mais pour vrai les émoticônes c’est pas clair et souvent y en a trop. Ceux qui écrivent « j’aime la musique, le bon vin et les voyages ». Sérieusement. Qui n’aime pas ça. Écoute, tu fais ce que tu veux, mais me semble que sur ce genre d’application, le mieux c’est de se démarquer.

Bon après ça, y a les matchs qui commencent à rentrer pis à cet instant, je me souviens avoir reproché à mon amie de ne pas m’avoir avertie de comment faire sur Tinder, elle qui était une habituée. Ma première fois sur Tinder, j’ai setté quatre dates en cinq jours. Après ma seconde date, j’ai dû annuler les deux autres restantes, parce que j’avais déjà d’autres deuxièmes dates qui s’ajoutaient.

Mais enfin, si j’ai écrit tout ça, c’est pour me rendre compte, un peu plus tard, que malgré mes beaux p’tits critères dont j’étais ben fière et dont j’me sentais ben smatte d’avoir élaborés, ben… le match qui m’a fait dire je ne cracherai plus jamais sur Tinder, celui qui est à mes côtés pendant que j’écris ces lignes, ben il les remplit même pas. Comme quoi, sur ce point, même Tinder m’a eue.

[Source de l’image : Pixabay]

e

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *