C’est juste Tinder

On se parle depuis quelques jours. J’ai amorcé la conversation pis ça a comme cliqué. On mettait des emojis à chaque phrase (ce qui est un bon signe dans ma tête). Conversations anodines, mais on apprend à se connaître. Et tu es attachant. Super cute, et on a des points en commun. Je ne fais pas juste inventer des ressemblances pour me convaincre qu’on pourrait faire un bout de chemin. Non des vraies, du genre « je fais telle affaire » et je réplique « OMG moi aussi! »…

Ça fait peur. Je ne t’ai pas rentré dans mes contacts, comme une barrière de protection. Comme ça, si ça meurt dans l’œuf, je peux juste supprimer notre conversation, sans avoir à effacer ton nom de mon téléphone. C’est ma protection. Ma façon à moi de me convaincre que ce n’est pas important. Que c’est passager. Mais n’empêche que mon cœur bat un peu plus, et mon ventre tire en voyant les 10 chiffres apparaître sur mon écran. Et je craque chaque fois que je vois ta binette dans tes Snapchat.

***

Ça, c’était avant. Avant que je te rencontre. Tu m’as laissée sur ma faim. Le seul mot que j’avais en tête en regagnant mon auto était déception. J’ai essayé d’excuser tes comportements poches, mais faut bien se rendre à l’évidence que t’es juste con. Tu m’as texté d’entrer chez toi au lieu de te lever de ton divan et de venir m’ouvrir. Tu m’as à peine dit bonjour, et je me suis assise par moi-même, car j’attendais debout comme une greluche que tu m’invites à m’asseoir. Tu ne m’as rien offert à boire pendant que toi, tu finissais ton verre et j’ai eu froid toute la veillée. Au point où je me suis dit fuck off, faut que je lui demande une couverte. T’as texté ta sœur – ce que je doute – et tu t’es endormi. Par-dessus ça, on ne parlait pas. Je faisais semblant d’écouter la série, mais esti qu’était plate. Netflix & chill, ouais, mais pas trop de chill quand même. Mais le pire, c’est que t’as crissé ton camp dès que mes deux pieds sont sortis de ta cour. Je trouvais ça à la limite cute que tu m’accompagnes dehors, mais t’as même pas attendu que je parte de ta rue pour te chow. Subtil mon homme.

Ça m’a dérangée. Je ne savais pas trop quoi penser de notre situation. On s’entendait quand même bien, je me disais qu’il y a peut-être une chance qu’on continue à se parler après mon déménagement. J’ai eu un infime espoir que tu m’attendes le temps que je fasse ma maîtrise et que ça fonctionne. LOL. Je me suis trompée ben raide. Je pensais que t’aurais pu être un vrai bon candidat pour mon futur. Et j’essayais d’ignorer les petits accrochages qui me faisaient quelque chose en dedans. L’inconfort qui me dérangeait tant. Mais j’ai fait un peu l’autruche pour donner une chance au coureur.

Simonak que j’ai eu tort. Ça commence presque à devenir une habitude ce genre de rencontres-là. Comme si j’étais vouée à la catastrophe. Comme si chaque fois que je spot un gars qui a de l’allure, il se transforme en crapaud au lieu d’en prince charmant. C’est vrai que j’oublie facilement que c’est juste Tinder.

[Source de l’image : Types on Tinder ]

4 Comments

  • Josiane Ouellet dit :

    «Et j’essayais d’ignorer les petits accrochages qui me faisaient quelque chose en dedans. L’inconfort qui me dérangeait tant. Mais j’ai fait un peu l’autruche pour donner une chance au coureur. Simonak que j’ai eu tort. Ça commence presque à devenir une habitude ce genre de rencontres-là. Comme si j’étais vouée à la catastrophe.» Hey boy que je me reconnais là-dedans…

  • Andreanne dit :

    Tu n’es pas la seule dans cette situation. J’ai fermé tout mes réseaux sociaux et les portes pour l’instant. Trop de déceptions, trop de peine. Je m’occupe donc de moi à la place.

  • Marie-Claude B. dit :

    Je comprend tellement…des déceptions, il y en a eu à la tonne dans mon cas! C’est le danger avec le virtuel: on se fait un scénario, on fait rentrer l’autre dans les petites cases qui font notre affaire. .. malheureusement la réalité est souvent toute autre …
    Mais malgré toutes les déceptions, je suis restée accroché à la conviction que je ne devais certainement pas être la seule personne avec un minimum de bon sens dans cette mer d’humain qui voguent sur le virtuel! !! J’ai bien fait, juste maintenant en couple avec un gars absolument incroyable, qui le « fitait » pas avec exactitude dans toutes mes petites cases, mais qui me rend heureuse comme personne!! Donc courage!!! 🙂

  • Helena dit :

    Ouin… Je comprends très bien ta déception d’une soirée comme celle-là! Pour avoir « daté » pendant 14 ans sur tous les sites possibles et inimaginables, j’ai conclu que je méritais le meilleur mec de la terre qui me traiterait avec le plus grand respect, RIEN DE MOINS. La vie est trop courte pour perdre ton temps à espérer que le mec finisse par savoir-vivre! Tu vaux plus que ça!!! J’ai rencontré LE mec pour moi après toutes ces années… Je capote! Loll …et on s’est trouvé sur Tinder… Tu mérites le meilleur! Rien de moins!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *