Partir en balloune (ou le coup de foudre)

« Ah, my GOD! Mais c’est qui ELLE?! »

Mes amies de filles qui roulent les yeux, se disent bon sang… il est incorrigible… et sourient d’excitation, tout à la fois. Mes trépignements amoureux sont contagieux.

C’est que le petit gamin amoureux de l’amour que je suis bourdonne comme un métronome. Sur une base régulière, j’ai le cœur qui papillonne et qui sert de dynamo infernale à mon imagination boostée à l’engrais ultrafertilisant.

Voilà. C’est que le gars, le gars qui est moi, y’a rencontré une fille qui lui a fait l’effet de la potion magique dans Astérix et Obélix. Mon énergie se décuple, mes rêves tourbillonnent dans ma tête, sauf qu’en même temps, y’a un p’tit gars qui se pointe sa p’tite gueule de morveux, ce petit garçon à lunettes, coupe champignon, les dents croches que j’ai encore dans l’fond de l’âme. Mon enfant intérieur, insécure, excité comme une puce, une machine à peurs et à doutes.

-Elle est trop bien pour moi! -Je vais la briser! – Elle va se rendre compte que je suis juste un petit bonhomme effrayé! – J’ai jamais réussi à rester en couple ben ben longtemps! – J’suis donc ben pas fiable! -Autosabotage, autosabotage, autosabotage! ABORT! ABORT! ABORT!

Écrasement d’avion, fusée qui explose, face de lune qui hurle d’effroi, forêt de napalm, volcan qui éclate.

Mon sourire niais. Mes yeux mi-clos qui brillent dans le vague. Je suis un nono amoureux. Je suis pathétiquement beau à voir. Je suis adorablement insupportable. Et par-dessus tout : terrorisé. À ce stade-là, j’aime mieux éloigner de moi la possibilité que ça se passe et m’inventer des scénarios foireux.

Le pire, c’est que ça fait un bout que je me dis que je dois attendre. Me remettre de ma relation précédente. Prendre mon temps. J’ai encore des souffles au cœur à la pensée de cette autre qui devrait n’appartenir qu’au passé. Sauf que , y’a ELLE. Elle, qui éclipse l’autre de ma tête, elle qui me soulève de terre, elle qui dans ma tête est comme un genre de grosse lumière qui fait disparaître la parcelle d’ombre que l’autre a laissée dans mon cœur, malgré tout. C’est peut-être quétaine, mais c’est ça pareil, laissez-moi tranquille avec mes métaphores clichées, bon.

SAUF QUE! Je l’ai vue UNE FOIS! Ça m’en prend pas gros pour développer une nouvelle maladie mentale… BON OK, avoir un kick ne devrait pas être comparé à une maladie mentale, mais force est de constater que ça en a les mêmes symptômes… non? Fièvre, bouffées de chaleur, insomnie, manque de contact grave avec la réalité…

Et là… qu’est-ce que je fais avec ça? Je l’invite? Je l’appelle? Je lui écris? Qu’est-ce que je lui dis? Je sens que c’est spécial, je peux pas juste lui faire une invitation plate, fade, sans sucre, sans sel! Mais je la connais pas! Aaah j’aimerais ça la connaître… (retour du nono amoureux).

Et c’est exactement en ça que c’est différent! Je n’ai pas simplement envie de la dévorer, ce n’est pas une connexion libidineuse basée sur la fulgurance que le désir peut déployer, mais bien une attraction plus globale. J’ai pas envie de juste visiter ta planète, j’ai envie de graviter autour. De devenir ta lune, la première planète de ton système, que tu en sois le soleil.

Oh mais quelle grande pression à mettre sur quelqu’un… je pourrais aussi simplement faire partie de ta constellation?

Bon. Je retourne à ma nouvelle folie. Si vous avez des conseils, ils sont les bienvenus. N’hésitez pas à les laisser dans la section Commentaire! Devrais-je passer à l’action? Faire confiance à mon sentiment? Ou attendre de voir s’il va s’estomper? (Oh, oh… trop tard, elle m’a ajouté sur Facebook et je suis en train de lui écrire un message aaaah!)

 

[Source de l’image: Unsplash]

2 Comments

  • Andréanne dit :

    « J’ai pas envie de juste visiter ta planète, j’ai envie de graviter autour. » Oui, c’est intense, mais sans te connaître, j’ai l’impression que c’est toi. Si elle ne peut pas entendre ces mots, les tiens, passe ton chemin. Tu sondes si bien à l’écrit l’âme humaine, l’émotion. Tu en trouveras une pour recevoir ta poésie. C’est bon de te lire, ça donne foi en l’amour.
    -une nouille amoureuse itoo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *